02.11.2019

Equita'Lyon : Elsass du Mezel domine la Finale Jeunes Talents des 5 ans

Dans la cour des grands, Elsass du Mezel n’a pas faibli et s’est adjugé le titre de Championne des 5 ans indoor à Lyon sous la selle de Céline Thieriot au terme de trois parcours parfaits. Elsa Gravelotte, associée à Valentin Menanteau, est, elle, montée sur la deuxième marche du podium en étant également exemplaire. Enfin, le podium a été complété par le puissant Eup and Go du Lavoir piloté par Enzo Chiarotto. 

Comme chaque année, les espoirs du saut d’obstacles se sont affrontés lors de la Finale Indoor des Jeunes Talents SHF qui se déroulait en parallèle de la mythique étape Coupe du monde de Lyon, à Equita’Lyon. En ce qui concerne les chevaux de 5 ans, les places sont chères pour venir fouler les somptueuses pistes d’Eurexpo puisqu’en effet, pour se qualifier, il faut être soit monté sur le podium de l’un des Championnats Inter-Régionaux cette saison soit faire partie des dix premiers du championnat des 5 ans entiers/hongres ou juments de la Grande Semaine de Fontainebleau. En cas de défection, les candidats placés à la suite peuvent néanmoins être rattrapés. 

Cette année, treize concurrents se sont affrontés pour décrocher le titre de champion indoor de leur catégorie et après deux manches qualificatives, six concurrents ont eu la chance de s’élancer pour la finale au cœur de la carrière principale, carrière accueillant notamment le CSI 5*-W.  Mais surtout ils ont évolué sous les jugements instructifs de grands professionnels internationaux tels que Kevin Staut, Niels Bruynseels, performer international belge et Laurent Elias, ancien entraîneur de l’équipe de France. 

Ainsi, avec trois parcours parfaits, une note de 16,5 en dressage et de 17 pour son style à l’obstacle, la championne a été ELSASS DU MEZEL, fille du célèbre Kannan et d’Unizie du Mezel, elle-même par Apache d’Adriers. L’élégante alezane, dixième du championnat de France des juments cette année à l’occasion de la Grande Semaine de Fontainebleau, a offert à sa cavalière de toujours, Céline Thieriot, et à son actuel propriétaire la SC2G Equorum, un nouveau succès. Né chez Lucien Hecht, la Selle Français est le fruit d’un heureux hasard. « La vérité est que nous avions choisi Kannan pour une autre de nos juments, mais nous avons eu un souci et, ayant déjà réglé la saillie, nous l’avons utilisée pour Unizie du Mezel. Cette dernière produit bien puisqu’elle est également la mère de Brazyl du Mezel, un fils du Selle Français Haloubet de Gorze, sixième l’an passé du championnat de France des 7 ans et qui a cette année évolué dans des épreuves cotées à 1,40m, 1,45m sous la selle de François-Xavier Boudant », explique le naisseur, Lucien Hecht.



ELSASS DU MEZEL & Céline Thieriot

Exemplaire à Lyon, Elsass l’a toujours été : « Elsass a toujours été un top modèle et surtout très gentille. Elle a été dans une constante sympathique tout au long de son parcours et de son apprentissage en étant appliquée et toujours dans le bon sens. Nous l’avons vendue au début de son année de 4 ans après quelques parcours qui s’étaient très bien passés. Je la suis depuis car elle est partie chez mon fidèle collaborateur Alain Fortin. J’ai vu ses parcours à Lyon en vidéos et je l’ai trouvée très bien, mais je la regarde avec les yeux de l’amour donc je ne sais pas si je suis très objectif ! », s’amuse l’éleveur. 

Si Elsass n’est plus sur ses terres natales, ses frères et sœurs utérins continuent de donner satisfaction à leur naisseur : « Je dispose d’un quatre ans, Feanor du Mezel, fils d’un étalon hanovrien de dressage Don Crusador, qui est à la Garde Républicaine et a été cette année testé en concours complet. Ensuite, j’ai une pouliche de deux ans, Helle du Mezel par Balou du Rouet qui est très prometteuse et sera testée dans les jours à venir. J’ai également un dix-huit mois, par Balou du Rouet également, qui est très bien fait avec une belle épaule, un bon dos et de belles allures. Son seul défaut est d’être alezan jaune avec beaucoup de blanc mais s’il saute aussi bien qu’il est fait ce ne sera pas grave ! Cette année Unizie est pleine de Newton de Kreisker. Ce n’était à l’origine pas notre premier choix, nous voulions lui mettre Number One d’Iso mais, après quatre chaleurs exploitées et aucun résultat, nous avons arrêté. Je pense qu’il s’agissait d’un problème d’incompatibilité », conclue Lucien Hecht.

Revivez en images le parcours de la championne : 

Elsa Gravelotte, la guerrière

La médaille d’argent est tombée dans l’escarcelle d’ELSA GRAVELOTTE qui, sous la selle de Valentin Menanteau, n’a pas effleuré une seule barre de la compétition mais a dû s’incliner pour 0,5 point. La fille de President et de Balakhany Gravelotte, descendante elle du crack tricolore Mylord Carthago, a en effet reçu les notes de 15,5 en dressage et 17,5 pour son style irréprochable terminant avec un total de 73 points. La très tonique et agile grise conclut ainsi une saison performante où elle réalisait quinze parcours parfaits sur dix-neuf sorties cette année. Née chez Fanny Mayer, la déterminée, appartenant désormais à Zoé Villy et Serge Menanteau, a été bien pensée. « La mère, Balakhany Gravelotte, était une petite jument pleine de sang, j’ai donc décidé de lui mettre un grand et gros étalon. Pouliche, Elsa n’était pas très jolie. Elle semblait avoir de la force mais avait une très grosse tête. Le croisement était vraiment réfléchi et j’étais assez contente du résultat car elle montrait de vrais points de force. Elle était très sympa et très gentille dès les premiers jours. Elsa est ensuite partie à l’âge d’un an mais je l’ai toujours suivie. Je la trouve très compétitive, c’est une guerrière qui n’a peur de rien et est pleine de sang », salue satisfaite la naisseuse.  



ELSA GRAVELOTTE & 
Valentin Menanteau

Cette dernière a la relève assurée issue de cette lignée performante. « La mère, Balakhany Gravelotte, avait été mise à l’élevage à deux ans. Elle a eu Elsa, puis est morte avec le poulain lors de son deuxième poulinage. La grand-mère, Quaolha de Lusse, elle, produit encore. J’ai un deux ans, Héraclès Gravelotte, fils d’I’am Special de Muze, qui est celui que je préfère de tous car il semble avoir énormément de force ; j’ai aussi une un an, issue de Limestone Grey, et une six mois par Canturo. Elle est en ce moment pleine de Qlassic Bois Margot. Elle a également produit Casanova Gravelotte, 7 ans par Scarface de Mars, qui est actuellement chez Nicolas Delmotte et semble très prometteur. Tous les produits de Quaolha sont très respectueux et ont énormément d’énergie », termine l’éleveuse Fanny Mayer.   

Eup and Go du Lavoir, l’imperturbable

Enfin, le podium a été complété par EUP AND GO DU LAVOIR présenté par Enzo Chiarotto. Le puissant et imperturbable fils du regretté Vigo d’Arsouilles et de la Selle Français Up Star du Lavoir, elle par Quick Star, a lui également totalisé 73 points grâce à une note de dressage de 17 et une note de style de 16, mais avec un temps de parcours plus lent qu’Elsa Gravelotte. Né chez Michèle Porte, à qui il appartient toujours, le Selle Français bai brun est issu d’un croisement bien réfléchi qui a fonctionné. « La mère était une petite jument, très typée Quick Star, et nous avons cherché à lui ramener de la force avec Vigo d’Arsouilles. Nous aimions énormément le sang de Nabab de Rêve mais, ce dernier n’étant pas très fertile, nous nous sommes tournés vers l’un de ses fils. Lorsque je l’ai mis au travail pour les étalons à 3 ans, Eup and Go a tout de suite montré quelque chose de positif sur le saut. Il a toujours été très gentil. A quatre ans, Eup and Go a évolué avec le cavalier de chez nous, Farid. Nous avons travaillé gentiment et progressivement et il a toujours été très bon élève. Cette année il a évolué avec Enzo Chiarotto qui l’apprécie beaucoup. Sa principale qualité est son équilibre associé au fait qu’il est très facile d’utilisation. Nous pourrions lui reprocher d’être un peu trop sûr de lui, ce qui fait qu’il ne fait jamais plus que le nécessaire ! Il fait toujours très bien son travail et n’est pas émotif pour un sous alors que parfois nous aimerions le voir un peu plus transcendé par l’environnement ! », commente la naisseuse. 



EUP AND GO DU LAVOIR & Enzo Chiarotto

Véritable métronome, rien ne semble perturber le puissant bai brun. « À Lyon, Eup and Go a été imperturbable. Nous aurions aimé qu’il soit un peu ému et soit un peu plus démonstratif, mais non ! Il a même joué entre les obstacles ! Il a tout réalisé de manière très propre, tout comme le reste de l’année où il a montré son envie de bien faire. Désormais, cap sur les 6 ans, et j’aimerais également le faire approuver étalon Selle Français sur indice. Le but à plus long terme est de le commercialiser. Nous pensons vraiment qu’il dispose d’un gros potentiel et donc, s’il faut l’accompagner jusqu’à sept ans, nous le ferons pour aider nos souches à bien confirmer et à percer. En attendant nous avons des frères et sœurs utérins. J’ai en effet un frère de quatre ans par le génial Emerald, qui est vraiment très bien ; puis j’ai deux pouliches par Canturo qui resteront à l’élevage pour poursuivre notre souche », détaille avec espoir l’éleveuse Michèle Porte. 

 

Tous les résultats des Jeunes Talents d'Equita'Lyon sont à retrouver ci-dessous : 

Finale Indoor CSO